Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 20 août 2010

CaluneLe Bilune

Aujourd'hui, pour faire comme si on était à Cannes, aux Oscar, aux Gérard et j'en passe, je me propose de remercier quelques personnes - non mais ne soupirez pas comme ça, j'insiste. :-)

Je vais commencer par

  • ma mère, qui (non seulement m'a mise au monde, ce qui était un bon début, mais aussi) a toujours été fan des peintures, livres et chansons de
  • Rezvani ; du coup moi aussi, je suis devenue fan, surtout de ses chansons - et à Noël 2006, je me suis offert le début de l'intégrale qui paraissait depuis 2004. Et alors qu'à cette occasion, je googlais distraitement "Rezvani", voilà que je tombai sur un billet de
  • Choufifrounet - qui est un peu fan lui aussi (il en a ramené du monde sur blogbo par ce billet !). Comme une suite logique, je devins alors accro à Blogborygmes, grâce aux talents conjugués du sus-cité Choufifrounet et de ses acolytes d'alors,
  • Tant-Bourrin et
  • Manou. Un jour, Chou-SF organisa un vague concours où il fallait trouver des noms d'oiseaux de poissons je crois, et c'est ainsi que je me retrouvai à partir dans le Limousin, la Calunette sous le bras, lors de vacances de Pâques particulièrement estivales pendant lesquelles eut lieu le premier tour de ces fichues élections présidentielles dont le résultat nous pourrit la vie un peu tous les jours depuis... mais passons. Ce séjour dans le Limousin me permit de faire connaissance avec la smala SF, ainsi qu'avec
  • Anne et Bof, leurs cousins (disons simplement, pour simplifier) et néanmoins commentateurs réguliers sur Blogbo. Le coin et l'hospitalité limousine nous plurent tant, à la Calunette et moi, que nous revînmes souvent aux vacances passer quelques jours là-haut sur la butte, et c'est ainsi que j'eus l'opportunité inespérée (d'adopter un chaton et) de découvrir tout un tas de chanteurs français ignorés jusqu'alors - parmi lesquels l'excellent
  • Georges Chelon - ah, je vois que ça vous dit quelque chose. :-) A partir de là, ce serait un peu compliqué de tout expliquer dans les détails, mais en résumé, grâce à Chelon et ses chouettes chansons, par un hasard très heureux et très improbable qui tient de celui qui fait gagner le gros lot au joueur de loto un soir de vendredi 13, je rencontrai
  • Billy - qui apparaît depuis ici et là sur Blogbo, comme chanteur et commentateur occasionnel.

Et c'est ainsi que nous concoctâmes de concert, Billy et moi, celui qui est sans doute en quelque sorte le premier bébé qui doit la vie à Blogbo - ainsi qu'à toute la liste sus-énumérée, au moins.

Nous sommes heureux de vous présenter lo mai brave pichon dau monde[1] : le Bilune, qui fête aujourd'hui ses... deux semaines et deux jours tout pile. :-)



... et voici la première chanson qu'il nous aura inspirée...


Sortie du Bilune, et son entrée dans le monde

Téléchargeable ici

Notes

[1] merci à Bof pour la traduction !

lundi 16 août 2010

AndiamoRétro

Une petite musique afin de se mettre dans l'ambiance "belle époque"


Cet été, j’étais à Mers-les-bains, petite station balnéaire située sur la côte picarde à deux pas du Tréport… Cette côte se nomme la Côte d'albâtre, comme le disent si bien les dépliants touristiques.

Des maisons vraiment typiques, construites à la fin du dix-neuvième siècle, début vingtième, par les riches bourgeois parisiens. Bien entendu, aujourd’hui elles ont été restaurées et leurs couleurs actuelles fort chatoyantes n’étaient pas celles dont ont les couvrait lors de leur édification : blanc pour les façades, brun pour les colombages. Les rénovations sont du plus bel effet… Is not it ?

Ces petits rentiers trouvaient là le bon air, les jolies falaises, et puis les bains de mer venaient d’être mis au goût du jour par l'impératrice Eugénie en personne.

En prenant le train à la gare du Nord, on se rendait à la gare du Tréport toute proche de Mers en quelques petites heures, ensuite un fiacre les conduisait à leur chère « villégiature ».

Cet été, le comité des fêtes de cette charmante petite ville a eu l’idée originale de faire une reconstitution de ce qu’était la vie à la « belle époque ». Nombre de couples s’étaient costumés pour la circonstance, fort bien pour certains !

Une bande de solides gaillards avaient même simulé un sauvetage en mer, avec les tenues de l’époque et le canot sorti tout droit d’un musée ! Sympas ces volontaires, ils se sont laissés photographier, et je leur ai promis la photo (chose faite).

Un boulanger ambulant avec son four chauffé au bois, juché sur un antique camion, était présent. Il pétrissait et cuisait son pain devant les badauds (dont j’étais) !

Quel bonheur ce pain tout frais, encore brûlant sorti du four devant votre nez… Et l’odeur !

Quelques petites photos prises par votre serviteur grâce à un appareil tout neuf, dont je ne connais pas encore toutes les ressources (les connaîtrai-je un jour ?). C’est un « Panasonic » DMC-TZ6 avec un objectif « Leica ». Mon précédent appareil n’ayant pas survécu à un double salto, grenouillé à l’arrière !


Les falaises du Tréport, les plus hautes d'Europe (110 mètres)



Les jolies falaises de Mers-les-bains



Mers-les-bains et ses magnifiques maisons



Désuètes certes, mais ô combien charmantes !



Les voilà nos valeureux sauveteurs ! Bien sûr, ce ne sont pas les "bimbos" siliconées du feuilleton "alerte à Malibu", mais ces gars et filles-là sont bougrement plus sympas !



Ce cliché est une photo que j'ai photographiée à mon tour, si l'auteur désire que je le retire : pas de problème !



Le four à pain, mais où est le boulanger ? Dans le four, M'sieur Landru, dans l'four !



Et enfin... Un attelage de la belle époque : fouette cocher !

mardi 10 août 2010

Tant-BourrinCroisez-vous les méninges ! (7)

Au plus fort de la torpeur estivale, alors que l'encéphalogramme de la blogosphère confine à une belle droite horizontale, je ne me sentais pas de vous pondre un billet sur l'apport de la phénoménologie heideggérienne à la théorie quantique de l'électromagnétisme, car je pressens que les neurones des rares lecteurs encore présents devant leur écran doivent avoir la tonicité d'un lombric gavé de Lexomil.

Ne pouvant toutefois renoncer totalement au mien sacerdoce qui consiste maintenir votre maigre reste d'intelligence hors de l'eau, je vous ai mitonné une petite blogbogrille de mots croisés. Et comme je vous soupçonne en sus d'être cossards et défaitistes, j'y suis allé mollo au niveau de la difficulté : vous devriez donc éviter le claquage de synapse.

Voilà la grille en question. Histoire de laisser tout le monde jouer, merci de ne pas donner vos réponse dans les commentaires, mais de me les envoyer par mail à blogborygmes(at)club.fr, en remplaçant (at) par un bel arobase (je précise pour les mal comprenants). Les bonnes réponses vaudront à leurs auteurs la gloire et l'admiration de tous...

Et pour éviter que quelques blondes ou quelques soûlauds parmi notre lectorat n'écrivent au stylo-feutre sur leur écran, voilà un beau fichier pdf avec la grille et les définitions prêtes à l'impression. Elle est pas belle, la vie ?

Allez, hop, c'est parti !





Horizontalement :

  1. Qui s’y frotte s’hippique !
  2. Fit une tant-bourrinade – A la tête d’Israël – Pleine de bonnes résolutions
  3. A tendance à faire l’œuf – Comme un lundi, mais en pleine révolution
  4. Permet de filer à l’essai – A tendance à faire des crânes d’œufs – Point de chute embêtant
  5. En ménage à trois
  6. Un morceau de légende – Bande, mais tout en finesse
  7. C’est d’un comme un !
  8. Elle finit au poste en Italie – A donc l’herbette
  9. Grands déballages

Verticalement :

  1. Des potes à Tant-Bourrin ?
  2. Sa pluralité est semble-t-il problématique
  3. Saine mais dans un sale état – Il peut facilement devenir gonflant
  4. Tourne à Hollywood
  5. Avant propos – Grecque prise par derrière
  6. Revers à revers - Enfile
  7. Tel un pipiduc
  8. Il se traite à la baguette
  9. Un sacré type – Hasard, vous avez dit hasard ?
  10. Avec elle, l’apathie n’est pas en danger
  11. Enfilées chaque nuit et abandonnées au petit matin

lundi 2 août 2010

Saoul-FifreAu nom de D.

C'était jour de congé et Dudu se baladait dans le centre-ville, l'œil a l'affut d'une proie féminine à sa convenance. Il en repéra une et l'aborda à l'aide d'une de ces phrases toutes faites censées le rendre automatiquement sympathique. Le sourire craquant avec lequel il prononça les mots emporta l'adhésion de la fille et elle accepta de le suivre et de boire un verre avec lui. Là, il lui raconta le baratin qu'il finissait par connaitre par cœur, à force de le sortir à d'autres. Marié avec deux enfants, il affirma pourtant avec aplomb à la petite qu'il était célibataire et qu'il recherchait une liaison sérieuse et stable. C'est pas joli de mentir mais classique. Pas méfiante pour deux shekels, cette déclaration du séducteur de trottoir prononcée avec conviction fut suffisante à la nana pour qu'elle le suive aussitôt sous une cage d'escalier proche où elle lui donna ce à quoi leurs corps aspiraient : un rapport sexuel complet qui les satisfit tous les deux.

Bon, ça c'est fait. Hélas, elle apprit dans les jours qui suivirent qu'il lui avait raconté bobard sur bobard. Le mensonge qui lui resta le plus sur l'estomac, bizarrement, fut cette adoption d'un faux prénom. Le soi-disant Dudu (diminutif de David) s'appelait en réalité Sabbar et était israélien, certes, mais d'origine arabe. Et sa compagne de plaisirs interlopes et fugaces, juive, vous l'avez deviné.

Elle porta plainte contre lui et les juges israéliens tombèrent d'accord que l'attitude de ce monsieur avait manqué totalement d'élégance et le condamnèrent à 18 mois ferme pour viol. Ben oui, quoi, pourquoi pas pour viol ? C'est sexuel, alors l'abus de confiance simple leur a semblé un peu léger. Il fallait marquer le coup, aussi : que tous ces arabes comprennent bien une fois pour toutes que nos filles ne sont pas des sacs pour leur foutre !

Bon, je suis bien certain que la même situation dans un pays musulman, inversée, ne doit pas être trop agréable non plus à vivre. Avec les résurgences de plus en plus à la mode de la Loi du Talion, le dragueur de supermarché risque fort d'y perdre les oreilles et la queue, sous le couteau moraliste d'un religieux intransigeant.

Mais la résistance s'organise contre ces religions qui s'interposent au milieu du bonheur de deux personnes. Je me souviens de Jaffa, ce film magnifique, sélection officielle au Festival de Cannes 2009, qui aborde le sujet des mariages mixtes. En Israël, seul est reconnu le mariage religieux. Récemment (2010), a été enfin accepté le principe d'un mariage civil entre deux conjoints se déclarant sans religion (abandonnant donc la leur s'ils en avaient une). Et heureusement, la transcription officielle d'un mariage célébré à l'étranger n'importe comment est possible. C'est l'option qu'envisageaient les deux amoureux du film, aller à Chypre pour se marier, mais je ne veux pas non plus déflorer l'histoire.

Il paraitrait aussi, nouvelle rassurante si elle s'avérait, que dans la diaspora, le nombre d'unions mixtes atteindrait les 50 % ! Connaissant la difficulté en France de trouver des responsables religieux d'accord pour célébrer des unions œcuménistes (curés et pasteurs sont d'accord généralement), j'imagine qu'il s'agit surtout de mariages civils ou de concubinages. Certains même vivent leur amour dans le secret et dans la honte. Nous connaissons un couple juif/catho avec enfants, semblant assez solide mais en union libre. L'officialisation, l'accord des familles, etc... parait une épreuve insurmontable à tout le monde. On se fait plein d'ennemis en suivant une autre route que les braves gens. Faisons simple et n'abordons plus le sujet qui fâche .

J'en connais un qui va bicher en découvrant que je n'ai pas tapé sur les catholiques, pour une fois.

mardi 27 juillet 2010

AndiamoLa colo.

J’avais onze ans, l’âge des chaussettes tire-bouchonnées, des genoux couronnés, des tifs rétifs, surtout les miens frisés comme ceux d’un Rital ! J’avais une sainte horreur du peigne, il faut dire que : démêler des bouclettes… AÏE, AÏE, AÏE !

Cette année là mes parents décident de m’envoyer en colo !

Rendez-vous pris avec les services compétents de Drancy, visite médicale et tout le toutim. Sérieux les vacances : on ne badinait pas avec la santé !

Le verdict tombe : il est un peu nerveux le garenne, l’air de la mer ne lui conviendrait pas ! Tiens… Pourquoi ? Par contre Doulaincourt (Haute-Marne) fera parfaitement l’affaire.

Début Août, nous voilà tous rassemblés place la mairie, ma mère, mon père absent : il travaillait, pendant ses vacances afin de nous envoyer au grand air. Ma sœur, mon frère, présents pour les « adieux » au petit frère, ils s’étaient cotisés afin de me donner quelques sous pour mes dépenses de première nécessité.

Tu penses dans des régions aussi reculées, pas sûr qu’il y ait de quoi survivre, alors il valait mieux prévoir… Adorable fratrie, toujours prête à en découdre, mais devant l’adversité : un pour TOUS !

Deux énormes autocars nous attendaient, fumants, pétaradants, le gas-oil bien odorant… Ca sentait déjà les vacances ! J’ai lu dans un ouvrage fort bien ficelé, traitant de la grande et la petite histoire de Drancy, que les premiers départs vers ces colos, s’étaient faits à bord des bennes à ordures !

Non pas les camions fermés avec système de compactage, comme les engins d’aujourd’hui. Mais de simples camions-bennes, qui pour l’occasion avaient été lavés puis désinfectés. Des bancs de bois (sans doute fixés ?) Sur lesquels les colons s’asseyaient bien sagement.

Non mais vous voyez ça aujourd’hui ? Il est vrai que les routes étaient quasiment désertes, les véhicules pas très rapides, transmission par chaînes latérales, j’en ai connu, mais oui… Le (a) premier(e) qui gueule : dinosaure, je le(a) bouffe !

Derniers bisous, la p’tite larmichette que l’on essuie bien vite… Una lacrima su l’viso. Et en route !

La joyeuse ribambelle, quel raffut ! Tous les mômes chantaient : biblitower, biblitower, bibli. C’est du moins ce que je croyais comprendre, une cinquantaine de braillards qui gueulaient à tue-tête : plus vite chauffeur, plus vite chauffeur, plus vite… Sur l’air des lampions, va comprendre les paroles ? L’air par contre, ça allait

Après plusieurs heures, moult arrêts pipi, nous arrivons.

Un grand bâtiment en forme de « U » à gauche les filles, à droite les garçons, au centre le réfectoire.

Petite collation, puis distribution des vêtements, chemise écossaise pour les garçons comme pour les filles, shorts bleu marine, pour tout le monde.

On nous présente notre mono, un grand gaillard un « vieux » de 25 ans environ, mais quand tu as onze ans, vingt cinq c’est : PFOOOU ! Il se présente :

-Je m’appelle Jacques, puis à tour de rôle nous déclinons notre petit nom.

Il y avait un rituel, avant chaque repas nous restions debout et nous chantions, je m’en souviens encore :

-Bon appétit le matin n’est pas signe de chagrin

Il faut boire et bien manger

Pour avoir bonne santé

Le midi c’était : Bon appétit le midi n’est pas signe de dépit. Enfin le soir : bon appétit le soir n’est pas signe de … Désespoir : Gagné !

Ca avait le mérite de calmer un peu les enfants, la nourriture était excellente, j’ai gardé un très bon souvenir de ce réfectoire.

Les douches… Prises en commun bien sûr, une rampe avec de multiples pommes vissées à même le tuyau. Tout l’monde à poil, et là SURPRISE : un de nos potes avait du poil au-dessus de sa quéquète !

Non mais tu te rends compte ? Une touffe toute frisottée, nous vachement surpris, avec nos bouts d’mastic, collés comme ça, et lui…. Passée la première fois, nous n’avons plus fait gaffe.

Bien longtemps avant nous, les colons avaient construit un village, plusieurs maisonnettes en rondins de pins, ce village s’appelait : « CETANOULAVILLE ». La plupart de nos activités s’y déroulaient : jeux de piste, balle aux prisonniers, etc…

Ceux qui sont allés en colo le savent : dans chaque colo il y a à proximité : la maison du pendu, ou bien la maison hantée ! Mes enfants qui ont goûté les joies de la colonie, me l’ont rapporté, pour eux c’était : la maison de l’albinos ! Bien sûr pas plus de pendus, que de fantômes, et pas plus d’albinos que de cœur dans la poitrine de ton banquier !

Un soir au cours du séjour, une grande chasse au Dahut était organisée. Qui n’a pas, armé d’une casserole et d’un bâton en guise de tambour, carillonné de longues minutes ? Tenant un sac à portée de main afin de saisir le mythique bestiau ? Hein qui ne l’a pas fait ?

Quelle patience ils avaient ces monos, douze « turbulents » à surveiller. Le jour ou nous sommes allés à la pêche ! Il a passé l’après-midi à démêler les lignes, nous sommes rentrés bredouilles bien entendu.

L’un de ces monos était un grand noir, avec une jolie voix de basse, parfois il nous chantait : old man river… Putain j’en avais des frissons ! C’est bien sûr là que j’ai commencé à vouloir jouer de l’harmonica, un engin tout mâchouillé prêté par un copain, sur lequel je m’étais efforcé de jouer : étoile des neiges, ne vous marrez pas à l’époque c’était un tube. Tout ce que j’ai réussi à faire : me couper les lèvres.

Le mois écoulé, moins gai le retour. Les échanges d’adresses entre copains, auxquels on n’écrira jamais. L’arrivée sur cette même place de la mairie, mes parents ma sœur, mon frère m’accueillent, c’est bon de les retrouver, la larmichette, laisser de si bons copains… Un véritable crève-cœur !

Mais un souvenir tenace… C’était il y a soixante ans… Déjà !

Mon épouse avait également goûté aux joies de la colo, et nous en avions gardé un tel souvenir, que nous y avions envoyé nos enfants également. Il faut croire que le virus est transmissible, car mes p'tites fillotes partent également en colonie, et en sont ravies ! Il faut dire que c'est une excellente école de l'apprentissage de la vie en société.

Je serai absent au moment de la parution de ce billet (je repars en vacances !) Si vous me faites le plaisir de laisser un commentaire, j'y répondrai dès mon retour... Merci.

lundi 19 juillet 2010

Tant-BourrinSea, sieste and blog

A l'heure où ce billet sera mis en ligne, je serai loin de Bourrinville, à me dorer la couenne au soleil, puisque nous avons loué pour deux semaines un gîte à Rossinante-les-flots. Autant à dire que je pense à vous de très très loin !

Mais comme je ne suis pas chien, je vous ai pondu le tube de l'été, avec l'appui du grand Serge pour la musique et de Tant-Bourrine pour les choeurs.

Hasta la vista !





Sea, sieste and blog

Paroles : Tant-Bourrin (d'après Serge Gainsbourg)
Musique : Serge Gainsbourg


Téléchargeable directement ici


Sea, sieste and blog
Je sommeille comme une huître
Je-m'en-foutiste
Je ne bouffe que des sandwiches
Je ressuscite
Sea, sieste and blog
Dans mon gîte
Moi, je joue les touristes

Sea, sieste and blog
Je sommeille comme une huître
L'blog a fait tilt
Les lecteurs, engeance maudite
Sont un prurit
Sea, sieste and blog
Dans mon gîte
J'me fous de la vindicte

Sea, sieste and blog
Je sommeille comme une huître
Mes acolytes
Peuvent bien, j'les y invite
Prendre ma suite
Sea, sieste and blog
Dans mon gîte
J'évite la méningite

Sea, sieste and blog
Sea, sieste and blog
Sea, sieste and blog

mardi 13 juillet 2010

Saoul-FifreJ'en jaunis à l'idée

__Souvenirs, souvenirs__ , son premier tube, date de 1960. Autant dire que je suis presque né avec sa carrière de chanteur, que mes premières années ont été baignées de sa sueur et de ses postillons. Je n'ai pas retrouvé sur le net ce premier scopitone dont j'ai pourtant un souvenir très précis : il y paraissait timide, gauche, presque sirupeux ; ce petit film a peut-être été sacrifié, rayé du listing comme détonnant dans la rock-saga de la grande star ? C'était dans un bar de Tlemcen donc nous étions en 60/61, la datation est facile. Plus tard, mon oncle travaillant chez Philips, nous eûmes ses premiers vinyles à la maison et encore plus tard, mon frère ainé étant devenu son fan absolu, j'ai suivi sa carrière avec assez d'assiduité, mon album préféré étant __Génération perdue__ , à la pochette grise pixellisée, et qui contient __Noir, c'est noir__ .

Ce disque-pivot, ce disque phare sort vers la fin d'une période charnière très importante dans sa vie.

En 64, Johnny est __l'idole des jeunes__ , sans conteste. Il aurait sans doute pu se faire réformer ou dispenser de service national, par piston, mais l'époque est encore très va-t-en-guerre et sa maison de disque préfèrera communiquer sur le brave troufion fier de donner sa vie (enfin : quelques mois) pour la patrie. Il obtiendra quand même une vraie planque et les permissions pour assurer ses concerts et ses répètes lui seront rarement refusées. Il en obtient une le 12 avril 1965 pour se marier avec Sylvie et le 14 mai sort l'inénarrable __Quand revient la nuit__, qui aurait tout aussi bien pu s'appeler "Branlette à la caserne" ou "Que ma quille est longue à venir".

Las, toutes les bonnes choses ayant une fin, l'armée le relâche dans la nature, remonté comme un lapin duracel, le 28 Aout 65, une nuit que Sylvie retiendra toute sa vie, certains disent même qu'elle a commencé à penser au divorce à cette date. Mais ne noircissons pas le tableau, c'est aussi de ce jour qu'elle perdit toute appréhension devant le grand écart sur scène.

Janvier 66, coup dur. Ah que Antoine a osé se moquer gentiment de Djohnny en sortant __Les élucubrations__ . Tout le monde se souvient des paroles litigieuses :

Tout devrait changer tout l'temps
Le monde serait bien plus amusant
On verrait des avions dans les couloirs du métro
Et Johnny Hallyday en cage à Médrano !

Médrano est un cirque fixe parisien de l'époque et la cage est sans doute une cage aux lions. Rien de dévalorisant, juste une allusion taquine au style de l'interprète plus basé sur le rugissement que sur le murmure à la "Françoise Hardy". N'importe, la star le prendra très mal. Il est dans une période sombre et ne pourra pas répondre du tac-o-tac. Sylvie est enceinte, le petit David nait le 14 Aout 66 et pour faire bonne mesure, Johnny nous fait une tentative de suicide en Septembre !

L'impression que cela donne, c'est que le mariage, la célébrité, la paternité, tout ça d'un coup après la solitude du service militaire et puis avec son côté dilettante et superficiel, c'est un peu too much à avaler pour notre Jojo déboussolé, qui craque.

Heureusement, il y a toujours à ses côtés la machine Halliday, la fine équipe, les amis, les sangsues, le rouleau compresseur qui saura accompagner musicalement ses évolutions, ses caprices au gré des modes, des solides qui auront de la volonté quand il n'en aura pas et de l'ambition à revendre quand il en manquera. Le disque qui sort au milieu de ces turbulences est superbe et sincère. Johnny a tenu à cosigner __Cheveux longs et idées courtes__ , sa "réponse" ironique à Antoine, qu'on aille pas appeler les belligérants "Cheveux longs" (Antoine) contre "Idées courtes" (Johnny sans ses paroliers).

La chanson est intéressante à plus d'un titre.

Les paroles sont bien écrites, argumentées. On sent le gros travail de gens talentueux motivés par en mettre plein la gueule au soi-disant intello, ingénieur sortant de Centrale, en le mettant devant ses contradictions philosophiques. Il faut dire que Johnny, avec son image récente de bidasse bien propre sur lui, est l'antithèse d'Antoine, qui, lui, est le vrai précurseur de Mai 68, le malin qui surfe sur le mouvement "Flower power" qui nous arrive timidement des hippies Etazuniens. Mais le sel de l'histoire, sa saveur que nous qui connaissons la suite pouvons apprécier, c'est que Johnny est en train d'étriller dans cette chanson un pacifisme un peu fumeux, masque, déguisement, caricature, panoplie que lui-même adoptera dans ses années dites "psychédéliques".

La musique, ho ben on est pressé, alors on va la piquer à un mec génial : Ferré Grignard, bien sûr sans le citer comme compositeur. Ferré Grignard est mort et son Crucified Jesus n'a toujours pas rapporté un centime à ses héritiers. Le procès traine les pieds. La classe.

Antoine restera toute sa vie droit dans ses tongues, fidèle à son idéal de vie nomade proche de la pauvreté volontaire. Johnny, lui, et on le voit gros comme une maison avec son obsession du fisc et ses affections politiques actuelles, est viscéralement un réactionnaire ambitieux, ayant peur d'attraper une hernie au cerveau s'il réfléchissait trop fort. On peut difficilement imaginer personnalités plus dissemblables. Quand Johnny se laissera pousser les tifs (pas trop quand même, le ridicule, hein...?), portera la bandana, des vestes en peau frangées, des chemises amples, ce sera bien sûr pure hypocrisie, sur ordre de sa maison de disque ou de son oncle Lee, qui ont senti l'odeur ineffable de la monnaie potentielle sous cette vague culturelle qui emportait tout. Mai 68 était passé par là, le Rock faiblissait devant la Pop, il fallait se laisser porter par l'écume ou mourir.

Et on peut dire que Jojo a été avec plaisir au charbon ! Dès l'année suivante, en 67, au Palais des sports, il prend le virage. C'était pas la peine de s'engatser avec Antoine, ils avaient qu'à former un duo, direct... __San Francisco__ , Antoine aurait pu l'écrire, à part le fait qu'elle ne sent pas le vécu, comme "La maison Bleue", plus tard ? Il ne renâcle pas, il plonge, de bon cœur : "Si j'étais un charpentier, et si tu t'appelais Marie...". Il nous revisite le nouveau testament. __Jesus-Christ est un hippie__ . D'après sa forte analyse, "Il doit fumer de la marie-jeanne, avec un regard bleu qui plane...". La chanson sera cause d'un scandale qui, chacun le sait, est de la publicité gratuite.

Le succès atypique d'Antoine, je me souviens, avait donné des idées à l'équipe de mon oncle Jacques Plait. Jo Dassin avait accepté de financer un canular qui les a bien fait rire. Vous vous souvenez des __Hallucinations d'Edouard__ ? Un de ses paroliers avait accepté d'endosser le rôle et le costume. Vous imaginez des gens du showbizz actuel s'amuser ainsi comme des collégiens ? Nous étions en 66.

Antoine se crut obligé de répondre à Johnny. Enfin, d'expliciter un peu sa position avec Je dis ce que je pense . Heureusement, le rocker ne relança pas la balle, ça aurait pu durer longtemps.

Il y eut quand même un petit reliquat à cette bataille mineure. Un clin d'œil. Par delà les années, la bagarre recommençait, économique. Quand Johnny se laissa circonvenir par des pubeux à la solde d' Optiiiic 2000 , la concurrence directe, Atol, alla voir Antoine histoire de réactiver leur brouille de cour de récréation.

La suite on la connait : une réconciliation sur l'oreiller .

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >