Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 10 juin 2015

BlutchAvec la Modà, faut marcher droit

Malgré une littérature à gogo (j’ai pas dit DE gogo, mais quoi que parfois…), Mars n’ayant toujours pas compris Vénus, j’apporte ma contribution à la pacification des relations entre les sexes. Bien que nul ne soit prophète en son pays, j’offre la primeur de cette leçon de maintien marital aux maris pas marris de ces dames de mon coin de pays.



Salut c’t’ami,
écoute voir c'que je peux te dire.

Tu viens de dégoter une modà*. Congratulations t’as tiré un bon numéro.
Pour pas t’empêtrer avec ta Louise* et qu’elle fasse de l’usage, faut respecter les consignes, comme dans un cours de répèt*.
Ta modà, c’est du chtoff*, mais y a quand même des trucs qui ont des susceptibilités*, rapport à Jean Rosset* ou les frimas, alors vas-y molo pour l’espédier au plantage*. Quand ça tape trop fort sur la tchoupe*, tu lui offres un chapeau de paille, et une pèlerine quand ça roille* comme vache qui pisse.

Parfois, une modà, ça dégouline à répétition sous les mirettes.
T’y fais pas trop gaffe, parce que ça revient comme le mildiou sur les vignes pas sulfatées, mais en plus souvent. Recta, t’y essuies tout en douceur les quinquets* avec un moqueux*.
Quand ça dégouline comme la Pissevache*, tu prends la panosse* et tu lui racontes des gentillesses avant de guinguenatsser* pour la consoler. T’as une liste de gentillesses dans la partie interdite pour les bouèbes*.

Dans la modà, t’as des trucs importants à savoir. Ça t’a une mémoire d’éléphant que t’as pas idée. La modà standard n’oubliera jamais le bouquet de chrysanthèmes acheté par mégarde pour sa fête.

Pour pas qu’elle fasse la meule*, à la paie du lait, te faut l’inviter à aller manger le bout-de-fat* à Payerne, mais sans ramener une machurée... Dans les cas graves, faut-y aller d’un vincande à Moillemargot ou carrément à Villeneuve.

Tu peux aussi faire tout ça sans attendre qu’il y ait du pétard parce qu’elle risque bien de te faire la potte* pendant que tu t’esquintes à lui faire plaisir.

Les modàs, t’en a pas deux pareilles, mais t’as un truc où elles se ressemblent toutes : deux trois fois par an, faudra lui changer son costume du dimanche, parce que pour elle, elle ne veux pas du rapietcé*. Avant de te décider, regarde voir à la Placette*, c’est moins cher que l’Inno* et y z’ont aussi les éclaffe-beuzes qui vont avec.

Elle t'a vite poussé des siclées* qui peuvent ridiculiser les cloches de la cathé si y a du chnabre*.
Et y a vite des bringues* si une bedoume* bien foutue s’approche de toi. Le dernier avertissement avant la crêpée de chignons, c'est toujours pareil :

- Dis-voir la gueïupe*, t’arrête de faire les yeux doux à mon mari ou je te file une grulée*.

Là, y a plus à pétasser*, une des deux doit déhotter*.

Ta modà est multifonction, comme le couteau suisse : Moutre*, infirmière, femme de ménage, pasteure, régente*, meneuse à la promenade dominicale, couturière, masseuse, organisatrice des fêtes des grillots*, et une raquaquée* d’autres trucs.

Mais elle a aussi des fonctions délicates dont y faut pas trop abuser, comme « cuisinière » ou « femme de ménage », parce que ça peut tout faire péter dans le ménage, surtout si tu ramènes une fédérale*. Evite alors de dégobiller* sur la moquette, parce qu’elle aurait raison de bouéler*

Si tu la prends pas avec des pincettes, ta modà fera bien de l’usage parce que la qualité suisse, c’est pas de la gnognotte* et tu regretteras pas d’avoir été chez le pétabosson*.

n.b. : Il existe le modèle bourbine*, blonde aux yeux bleus. Mais attends un peu avant de fantasmer... C'est un modèle spécial K3. Ce qui ne veut pas dire qu’elle rupe* trois fois des céréales le matin (quoi-que…), mais qu’elle a trois occupations exclusives: Kinder*, Küche*, Kirche*. Probablement que certaines ont été bercées trop près du mur, alors ça fait forcément du tort pour causer philosophie.

Alors voilà c’t’ami, à la revoyure* et salutations au gouvernement*.

Blutch

vendredi 5 juin 2015

AndiamoMon dentiste

Enfin quand je dis "mon", c'est une image !

J'habitais à l'époque une banlieue vachement rupinos, bobo et tout le toutim, Aubervilliers pour ne pas la nommer. Une banlieue rouge, les maires qui se sont succédés s'appelaient au hasard : Pierre Laval et Jack Ralite (qui n'hésitait pas à vendre l'Huma le dimanche matin). Plus rouge, t'es un coquelicot !

Quand j'y habitais, c'était populaire, des usines, des façonniers, un tas de petits commerces de premier ordre. J'avais un pote "Gègène" que j'avais connu chez Rateau, le constructeur de turbines du même nom, qui vendait l'Huma sur le marché, lui aussi. Quand la simili révolution de 68 a foiré, j'ai cru qu'il allait se couper les loukès avec la faucille figurant en bonne place à la une de l'Huma, mais vu qu'il s'était déjà pris un coup de darak de la même image du dit journal sur la tronche, il en était resté là !

Donc, pour en revenir à mon dentiste, il créchait à proxénète de chez moi, il filait rembourre à tous ses patients à la même heure, après tu "patientais" une heure voire plus dans la salle d'attente.

Mais bon, même pas grave ! Il me laissait m'installer dans le fauteuil, un "salut môme" (j'avais tout de même 30 balais, comme quoi tout est relatif), puis il se marrait.

- Attends, je vais te faire rire, lâchait-il.

Il se levait assez péniblement, sa large face vermillonne, patient résultat du travail de levage de godets aux Côtes du Rhône garanties grande cuvée, puis se traînait dans l'arrière-boutique, et revenait porteur d'un bouquin des éditions "Fleuve Noir", série "police", auteur : SAN ANTONIO !

Et pendant un quart d'heure, il me lisait des passages qu'il avait relevé, les pages marquées, d'une corne, et c'était le bidonnage à donf : les exploits Béruréens, on ne s'en lasse pas, on s'esclaffait tous les deux comme des mômes.

Ensuite, la séance de bricolage des chailles, l'amalgame enfourné dans le chicot avec le pouce ou l'index, pourquoi prendre une spatule hein ? On se demande ? Après faut faire la vaisselle.

Mais ce qu'il préférait en connaisseur, c'était recevoir les jolies Dames et Demoiselles. C'était entre 1968 et 1972, les mini-jupes fleurissaient, et le garenne se rinçait l'œil ! Bah, il a eu raison d'en profiter, il n'a pas survécu longtemps à la mode des ras-la-touffe.

Quant à moi, j'ai connu nombre de dentistes depuis, aucun je le jure ne m'a fait autant marrer, ni lu du San Antonio, et pourtant le rire atténue la douleur !

(ch'tiot crobard délicat : Andiamo pour Blogbo)

lundi 1 juin 2015

FrançoiseFoutu anniversaire !

Ce 8 décembre 2020, Guy Kaddict s'apprêtait à fêter ses 40 ans. Le temps avait passé depuis sa rencontre avec Clochette. Il se souvenait parfois avec émotion de cette fille au nom de fée qui l'avait accueilli lorsqu'il déprimait. Il lui arrivait de sourire en évoquant la façon sans façons, tendre et désinvolte, dont elle l'avait aimé sans rien demander en échange. Le temps passant, il avait espacé ses coups de fil, puis cessé tout contact. La vie l'attendait, propice.

Guy Kaddict s'était lancé à corps perdu dans la finance et ça lui avait réussi. Il était riche. Évidemment hostile à toute augmentation d'impôts qui aurait nui un tant soit peu à l'état de son compte en banque. Révolté par toute ingérence de l’État dans sa vie et farouche partisan du libéralisme, seul système à ses yeux capable de créer de la richesse et du bien-être. En 2013, il avait vécu un temps aux USA et constaté avec soulagement que malgré ses intentions socialisantes, le président Obama ne pouvait pas aller trop loin dans ses projets de santé pour tous et de valorisation des populations noires et hispaniques. Trop d'intérêts s'y opposaient.

De retour en France, Guy Kaddict était décidé à défendre son pré carré avec la bonne conscience de celui qui pense être arrivé par ses propres mérites et considère les moins chanceux comme des assistés ou des loosers. Ces prétendus artistes payés à ne rien faire une bonne partie de l'année, ces enseignants râleurs accrochés à leurs privilèges, ces postiers s'enrichissant à Noël en vendant des calendriers hideux décorés de chiens-chiens ridicules. Il avait applaudi le président français qui avait imposé une drastique politique de réduction des prestations sociales pour aider les entreprises à redevenir compétitives et à créer des emplois... qui n'étaient d'ailleurs pas venus et pour cause : que ce soit en France ou ailleurs, les biens ne se vendaient plus faute d'acheteurs, faute d'argent.

Seuls résistaient les biens de luxe et les loisirs que s'offraient les 10% de la population qui en a les moyens, dont Guy Kaddict. Il était heureux, sa start-up avait grandi grâce au travail forcené de jeunes diplômés embauchés à bas prix et néanmoins enthousiastes à l'idée que s'ils bossaient dur, ils en toucheraient un jour les dividendes. Guy souriait de leur naïveté. Pourquoi leur donnerait-il davantage, puisqu'ils acceptaient de vivre avec si peu ? Pourquoi se priverait-il de cet argent qui lui permettait de gâter sa famille? La famille, c'est tout de même la priorité, se disait-il, les pauvres n'ont qu'à se débrouiller, l’État n'est pas une nounou.

Ce 8 décembre 2020, il reçut moult souhaits d'anniversaire via Fesse-bouc, mais fut déçu de ne trouver dans sa boîte aucune carte ni lettre comme celles qu'il recevait quand il était petit. Faute de postiers, le courrier n'était plus distribué que deux fois par semaine.

Il appela la Comédie Française pour réserver trois places: un répondeur l'avertit que le théâtre national était fermé depuis un mois faute de subventions pour boucler son budget. Il se souvint qu'il avait applaudi à la réduction du budget de la Culture au profit de l'aide aux entreprises : « Enfin, on s'occupe des vraies priorités ! » Néanmoins, il fut contrarié de voir sa soirée compromise.

Qu'à cela ne tienne, ils iraient à l'Opéra. Même message : faute d'argent pour assurer les salaires du corps de ballet, l'Opéra avait fermé ses portes pour une durée non précisée.

Guy Kaddict descendit acheter un journal. La liste des nouveaux spectacles et des nouveaux films était incroyablement réduite. La quasi suppression du statut des intermittents avait décimé les rangs des comédiens dont beaucoup avaient quitté la capitale pour vivre sous d'autres cieux où la vie serait moins chère. Du coup, peu de spectacles nouveaux se montaient. De riches amateurs d'art s'insurgeaient contre cette misère culturelle : « On ne vit pas que de brioche et de foie gras, disait l'un, l'humain a besoin de nourriture spirituelle, intellectuelle... Ou alors nous devenons des animaux. » Guy Kaddict se souvint que c'était l'argument des intermittents lors d'une de leurs grèves, plusieurs années auparavant : « La culture est vitale ». Ça l'avait fait rire : « Vitale ? Mais c'est l'industrie, les nouvelles technologies qui sont vitales ! »

Son téléphone vibra, c'était son fils :
« - Impossible de venir pour ton anniv', je dois garder ma fille.
- Elle n'est pas à la crèche ?
- La crèche a fermé, la municipalité n'a plus les moyens de la financer. De toutes façons, il neige, l'autoroute est impraticable.
- L’Équipement ne déneige pas ?
- Papa, ce n'est plus l’Équipement, les autoroutes sont privées depuis des années, et on ne déneige pas les tronçons non rentables.
- Prends le train !
- Impossible, la gare près de chez moi a été supprimée, la plus proche est à dix kilomètres ».

En rentrant chez lui, Guy Kaddict aperçut un attroupement. De la fumée sortait par une fenêtre. Il demanda si les pompiers avaient été appelés. On lui répondit avec aigreur qu'il n'y avait plus de service public du feu depuis fin 2016, le service était désormais privé et les tarifs doubles le week-end. "Qui va payer ? demanda quelqu'un. L'appartement qui brûle est inoccupé, c'est un court-circuit dans les communs ou une malveillance qui a mis le feu, les occupants de l'immeuble sont en train de se disputer pour décider s'ils acceptent de prendre ou non en charge l'intervention".

Guy Kaddict se souvient de l'adage : une seconde pour éteindre un feu naissant, une minute après une minute d'incendie, au-delà on ne garantit rien. Il regarda les flammes s'élever dans le ciel, entendit le craquement sinistre des vitres de son appartement. Foutu anniversaire !



(cette chanson n'a de rapport avec le texte que l'instinct destructeur de l'homme. Et puis j'adore Nougaro)

dimanche 31 mai 2015

AndiamoFête des Mamans... Et de toutes les Femmes.

Une petite Rose pour toutes les jolies Mamans de ce blog, nos commentatrices, et toutes les femmes qui nous font le plaisir de venir nous lire.

(ch'tiot crobard Andiamo)

mercredi 27 mai 2015

BlutchKerviel le retour

C’est reparti pour un tour : hélas pour la Société Générale, le procès Kerviel n’est pas clos.

Rappel des faits : Jérôme Kerviel, trader à la Société Générale est accusé d’avoir fait perdre 5 milliards d’Euros à sa banque. Pourtant, au 31 décembre 2007, le bilan Kerviel était de + 1,5 milliard au profit de la SG. Il faisait gagner tellement de fric à sa banque que sa hiérarchie laissait faire, malgré 44 alertes données par la bourse le concernant. Tant qu’il gagnait, ça ne posait aucun problème éthique ou moral à ses chefs. La banque ne savait pas... Faudrait tout de même voir pour arrêter de déconner. 44 fois en 2007 la bourse averti la SG que Kerviel prend des risques insensés et en janvier 2008 elle ne sait pas!

Décidément, les cons ça ose tout. Il est impossible qu’elle ait pu ne pas être au courant de la totalité des activités de Kerviel.

Mais un mauvais jour de 2008, la machine à faire du fric s’enraye et les positions prises par Kerviel se cassent la gueule.

Version Bouton, PDG de la SG : Jérôme Kerviel a, seul et à l’insu de la banque. Il a engagé 50 milliards d’euros dans des positions dangereuses, mettant en péril la Société Générale. En découvrant le désastre, elle a dû se défaire rapidement et discrètement de ces engagements, perdant dans cette opération 5 milliards d’Euros.

Lors de l’instruction, les enquêteurs se sont faits assister... par la banque pour trouver des témoignages. La SG a produit un enregistrement de Kerviel, fait à son insu, qui a été caviardé pour correspondre à la version Bouton de l’affaire. Manque entre autre dans cet enregistrement une phrase dite par Kerviel à son chef direct: "Arrête de déconner, tu savais tout de mes opérations." Bon, on peut comprendre que la banque n'ait pas eu envie de confier cette invective à la police, peut être parce que "déconner" ne correspond pas à un vocabulaire bancaire, vas savoir...

Dans les faits : J’ai toujours douté que la direction de la banque puisse ignorer quoi que ce soit des agissements de Kerviel. L’enquête relancée par la plainte de Kerviel contre la SG pour faux et usage de faux tend déjà à le démontrer. Sept ans après, des langues se délient et la commandante de police Nathalie Le Roy qui avait été chargée de l’enquête financière initiale fait un mea culpa complet en admettant s’être trompée et avoir été trompée en se basant sur les seuls témoins fournis par Bouton. C’est assez rare et courageux pour le saluer avec respect.

Chose étrange : les 5 milliards de pertes de la SG n’ont été expertisés par personne. Kerviel a été condamné dans un premier temps à rembourser cette somme sans que quiconque vérifie le bien fondé des prétentions de la SG. Vous avez dit bizarre mon cousin…

Cette perte gigantesque avait été compensée en partie par une réduction d'environ 2 milliards d’impôts, octroyés par Christine Lagarde. Merci qui ?

Problème : Kerviel admet 100 millions de pertes. Qui croire ? Toujours est-il que la version Bouton d’avoir du vendre en une semaine les 50 milliards de prise de risques de Kerviel ne tient pas la route.

Explications : Une grosse journée pour la bourse, c’est 5 milliards de transactions. Liquider ces 50 milliards sur une semaine (six jours) aurait fait passer, six jours de suite, le volume de transactions quotidien à 13 milliards. Or le gendarme de la bourse diligente une enquête dès qu’un investisseur bouscule le train-train boursier et pour un pareil séisme il n’en aurait rien été. C'est vrai ce qu'il disait Adolf que les mensonges les plus gros sont les plus faciles à croire.

Conclusion : si ces 50 milliards ont existé, ils n’ont pas été liquidés à travers le circuit boursier, mais entre initiés. Ce qui pourrait expliquer l’omerta et certaines prises de positions des politocards aux manettes du pouvoir à l’époque. Un rabais de 10% entre amis, ça semble correct, non ?

Autre explication possible : 2008, rappelez-vous, c’est la crise des Subprimes. Ces merdes américaines qui ont été vendues à prix d’or aux couillons de banquiers européens. Kerviel était peut-être une bonne excuse pour Bouton de devoir étaler 5 milliards de pertes supplémentaires dans ces achats à la con (il en avait admis 2).

L’incohérence de l’affaire, la partialité de la Justice qui n’a pas aussi instruit à décharge, ni enquêté sur la situation de la banque, l’aveuglement de toute la chaîne judiciaire à ne jamais mettre en doute les assertions de Bouton pourraient faire penser à des esprits mal tournés qu’il puisse y avoir eu des participations au culte (ou au cul Te ) pour les œuvres de charités de certains politichiens.

Mais sur la foi des serments sur l’honneur que les enveloppes en papier kraft sont une légende, vous pensez bien que je n’en crois rien du tout. D’abord, a-t-on déjà vu un politicien avoir un compte en banque non déclaré ?

Même Balkany que, les yeux dans les yeux, il jure que c’est à l’insu de son bon droit qu’on lui a fourgué 5 millions de commissions pour une transaction minière en Afrique, une villa à Saint-Martin et une autre à Marrakech. C’est bien la preuve, non ?

Quoi qu’il en soit, Bouton and Co ont voulu faire payer un lampiste pour couvrir leurs salop... heu conneries, mais ils ne sont pas tombés sur le bon. A-t-on idée aussi d’aller emmerder pareillement un Breton ?

Le procès Kerviel aurait pu être légitime si tout le système des traders avait été sur le banc des accusés... Il n'en a hélas pas été question, pourtant, lorsque des trader font doubler le prix des denrées de base, ils condamnent à la famine et à la mort ceux qui, dans le Tiers-Monde consacre 60 à 80% de leurs revenus pour la bouffe. En agissant ainsi, ils sont de fait des assassins.

J’espère, maintenant que Kerviel a compris qu’il faisait un boulot de merde, que la SG soit condamnée à lui verser des dommages et intérêts et qu'elle récupère dans la foulée les 32 millions d'euros qu'elle a thésaurisé pour financer la retraite imméritée de Bouton.

Blutch

jeudi 21 mai 2015

AndiamoMon pote Jojo

Dans ma banlieue, quand j'étais minot, ça n'était pas pire qu'ailleurs, ni mieux, soyons honnête !

Des banlieues populaires mais pas racailles, et si on savait tout ou à peu près sur les gens qui les peuplaient, c'est un peu (beaucoup) parce que les histoires de ménage se réglaient dans la rue.

Ah ! ça faisait pas dans le feutré, la catimini, le furtif, non, non, au grand jour les engueulades, les injures balancées comme ça dans les cours ou les jardins ! Ils avaient été élevés à coups d'marteaux, les salopards en casquette et les harangères de ma banlieue !

Mais pas faignasses, levés aux aurores, pour aller turbiner chez Gratt'planche, ou chez Frott'fort à Aubervilliers, la Courneuve ou Saint-Denis, des tourneurs, des schumacks, des fraiseurs, des mécanos...

Et puis il y a eu mon pote Jojo, le fils d'une brave femme, Madeleine elle s'appelait, son mari Popaul (vous marrez pas, il n'allait pas au cirque pour autant cécolle), prisonnier pendant la guerre, celle de 39-45, pas l'autre j'étais pas né, j'vous vois venir, je suis vioc c'est vrai mais pas Mathusalem... Enfin peu s'en faut !

Madeleine, c'était une amie de ma mère, une brave femme qui, pour gagner sa croûte et élever Jojo, turbinait comme une malade chez les autres, lessives : au baquet les lessives, pas avec une Laden, ou une Vedette, la vedette c'était elle, des ménages aussi chez les bourges de la Porte Brunet, ou du Boulevard Davout. Elle nous gardait aussi certains jeudis, mon frère, ma sœur et moi, nous étions durs, pourtant jamais on a fait de misère à Madeleine, elle était si douce, si gentille, elle nous aimait, et les mômes ils sentent ça !

Parfois, elle emmenait son Jojo avec elle, un peu plus vieux que nous le Jojo, grand, costaud, la tronche toujours fendue par un large sourire, on l'aimait bien, il partageait nos jeux et nos jouets, très peu de jouets, nous n'étions pas bien riches, mais lui en avait encore moins que nous !

Et puis un jour, Popaul est rentré, les boches vaincus, les prisonniers de guerre ont été rendus à leur famille. Sa femme, la brave Madeleine pensait qu'ils avaient été mal inspirés, biscotte son Popaul "y valait pas l'voyage" comme elle disait, mais bon, puisqu'il était revenu, fallait bien le garder.

Ah ! "Ils" auraient pu le laisser là où il était, ce Popaul là ! C'était pas le cadeau Bonux, ni le gros lot de la kermesse paroissiale : un piccolo de première bourre, il avait la dalle en pente, et des pompes à bascule. Il faisait l'ouverture des épiceries buvettes qui fleurissaient à chaque coin de rue dans mon pauvre quartier, il en faisait la fermeture aussi !

Tous les dix pas, le soir, au retour, il appelait RAAAOUL ! Une belle gerbe de vinasse, il retapissait le trottoir, le petit Poucet en quelque sorte, il balisait le chemin afin de mieux le retrouver le lendemain sans doute ?

Un soir il s'est affalé devant chez nous, la gueule dans l'herbe, pour une fois qu'il becquetait de la verdure sans boire, on n' allait pas le contrarier hein ?

Ça aurait pu durer un moment, mais pas d'bol, un triste matin, un jeudi peut-être, car Jojo était chez lui.

Madeleine faisait sa lessive dehors, ils habitaient un genre de piaule dans une cour où s'alignaient une vingtaine d'appartements, tous de plain-pied, une chambre, une cuisine, point barre ! Pas d'eau courante, un tout petit évier ridicule, sans écoulement, un seau sous le trou d'écoulement ! T'avais pas intérêt à oublier de le vider quand il était plein, sinon c'était Venise... Enfin j'exagère un peu.

La flotte ? Un gros robinet dans la cour cimentée, deux cagoinsses à la turque, en fonte les cagoinsses, ils servaient également pour un autre immeuble à côté !

Ah, fallait pas avoir chopé la drisse mon cousin ! Fallait pas cavaler avec France-Soir sous l'bras quand t'avais la boyasse en charpie, et puis l'été ça chmoutait grave, pour trouver les gogues t'avais qu'à suivre les mouches !!

Donc cette brave Madeleine faisait sa lessive dehors, c'était l'hiver, ça caillait sévère. Soudain, et là ce sont les voisins qui ont raconté : elle a tout plaqué, est partie dans la rue avec Jojo qu'elle tenait par la main, le Jojo avait embarqué - va savoir pourquoi - son jeu de dames .

Tu sais, les anciens jeux de dames en bois, avec sur le côté deux genres de plumiers avec couvercles en bois que l'on tire, et à l'intérieur les pions blancs d'un côté, les noirs de l'autre.

Madeleine hurlait des paroles inintelligibles, les couvercles du jeu de dames s'étaient ouverts, et les pions se répandaient dans la strass !

Alors les lardus sont arrivés, et ont embarqué Madeleine à l'hôpital psychiatrique Sainte-Anne, près du métro "Glacière", ça refroidit tout de suite ! Ma mère est souvent allée la voir, elle rentrait toute triste ma pauvre Môman : "elle ne me reconnaît plus" disait-elle ! Peu de temps plus tard, elle est décédée.

Mon pote Jojo a été placé dans une famille d'accueil. On fréquentait la même école, je le revois encore dans cette cour, grand, costaud, la tronche fendue d'un large sourire.

Ce qu'il est devenu ? Je n'en sais rien...

lundi 18 mai 2015

FrançoiseLes pauvres... c'est comme le sexe !

Je m'approvisionnais dans les manifs. Auprès de petits jeunes ou de barbus grisonnants et joyeux.

Entre le dessin de couverture, le format et la typo, j'avais l'impression d'acheter un cousin de Charlie-hebdo, genre rigolard et pas dupe. Avec une différence notable : Charlie s'attaque aux cons, ça a toujours été son cheval de bataille, FAKIR s'attaque à un système et le démonte sur le terrain avec des reportages bien écrits, donc agréables à lire, plus des analyses historiques d'autant plus intéressantes que les cours d'histoire officiels sont souvent orientés.

Quand j'étais gamine, on nous présentait Napoléon 1er comme un héros et il a fallu des années pour que je découvre derrière l’hagiographie le tyran sanguinaire et misogyne. A l'inverse, on ne nous parlait de Robespierre qu'en termes de Terreur, en oubliant de mentionner que cet homme était aussi partisan d'un impôt par tranches progressives (celui-là même qu'on a aujourd'hui), du vote des étrangers et de l'abolition de l'esclavage, et que sa probité l'avait fait surnommer "l'incorruptible".

De fil en aiguille, comme ce petit canard se faufilait partout où il se passe des choses qui me rassurent sur le fait que la France n'est pas peuplée que de cyniques crocodiles porteurs de montres hors de prix, j'ai cherché d'où il venait. De Picardie, d'Amiens pour être précis. Charmante station, plate comme la main, sans mer du nord pour arrêter les vagues, vu qu'il n'y a là-bas ni mer ni vagues. En pays Picard, faut pas faire de vagues... C'est ce qui a fini par énerver une poignée de jeunes du coin, à qui la feuille de chou locale donnait des boutons, le genre de gazette chantée par Gilbert Laffaille, vouée aux faits divers et aux chats écrasés.



Cette poignée de Picards nourris de pâté local et de chips a donc lancé en 1999 - à l'époque du franc, vous rendez-vous compte ? - un journal alternatif pour raconter ce qui se passe vraiment dans la région, et pour faire parler ceux qui n'apparaissent jamais dans les livres d'histoire ni les journaux. Les pauvres, c'est comme le sexe : on ne parle que des problèmes qu'ils posent, des maladies qu'ils transmettent, de la violence qu'ils suscitent.

C'est assez tue-l'amour comme démarche. Alors que dans Fakir, le reporter Pierre Souchon nous passionne avec ses aventures au milieu des punks, des ouvriers, des chômeurs ou des femmes de ménage. Qui cessent d'être "gréviste", "sinistré" ou "chômeur" pour prendre une dimension charnelle, rigolarde, révoltée, mélancolique, généreuse, bref : humaine.

Le reportage, c'est magique, c'est plein d'odeurs et de couleurs, de clins d’œil et de poignées de mains, de brutalité ou de douceur. Ça rend compte de la Vie, et pas de l'avis de quelques experts sur un plateau TV. Pour en avoir fait beaucoup à une époque où ma rédac chef me disait : "Va voir sur place s'il y a de quoi faire un papier" (contre : "Demande un dossier de presse et fais 50 lignes"), je sais qu'on en apprend davantage sur les problèmes de la viticulture en vivant trois jours avec des viticulteurs qu'en lisant des bouquins ou des rapports.

Pour revenir à Fakir, ils ont aussi une Fakir TV sur le net, ont initié une campagne "De l'air à France-Inter" pour que la chaîne publique fasse de nouveau du reportage au lieu de ces sempiternelles émissions blablabla sur plateau, lancent un film intitulé "Merci patron" qui raconte sous forme paraît-il drolatique, policière et politique la vie et l’œuvre de Bernard Arnault.

Mais comment font-ils pour faire tout ça quasiment sans argent autres que les ventes et abonnements du journal ? Certes, ils ont des potes et pas des moindres : le monde Diplo, Là-bas si j'y suis, la Décroissance, Reporterre, Les Liens qui Libèrent, et bien d'autres sont dans la même mouvance et tout ce monde se retrouve sur le terrain.

Mais hors les actions spectaculaires, il y a le quotidien, les articles à mettre en pages, les journaux à emballer, les livres à expédier - car ils publient aussi des livres ! - la compta, le courrier des lecteurs, le site Internet à alimenter... Tout ça est réalisé par des bénévoles qui ont parfois un métier à côté, mais sont plus souvent des chômeurs, des gens au RSA, ou des retraités qui n'ont pas envie de rester chez eux à ne rien faire. Bref, les "assistés" sans qui le tissu associatif, le lien social, tout ce qui fait qu'une société garde un peu d'humanité n'existerait plus.



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >