Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 7 mai 2007

Saoul-FifreVue de mes chiottes

Vous savez comme c'est dur de trouver régulièrement un sujet de billet, ou si vous ne le savez pas, vous vous en doutez. À part Bof, qui trouve des idées comme d'autres trouvent des billets par terre, heu non, c'est l'inverse, le tout-un-chacun de base sue sang et eau devant la page glabre de son mot initial. Aujourd'hui, je ne me suis pas cassé la gargoulette, je me suis juste contenté de rebondir sur le billet de Manou, et je parle d'ailleurs sous son contrôle, puisqu'elle les a utilisés, nos chiottes.

Et après s'être dégagé les intestins, je suis sûr que, comme nous, elle a jeté un coup d'œil par le fenestron, et que cette vue dégagée a renforcé chez elle un sentiment de paix intérieure, de contingence accomplie et d'harmonie, d'appartenance au grand Cycle de la Vie.

Au centre de la photo, qui n'est pas très claire car le mistral fait trembler l'air, aujourd'hui, on aperçoit un château. Il se trouve que Margotte et moi avons mangé 2 fois "au château". Nous étions sur la grande terrasse, encombrée de bronzes monumentaux exprimant avec évidence une mégalomanie assumée, accoudés à la balustrade, et je dis au maître de maison :

- "Tu as une chouette vue, mais tu vois, on habite juste en face et la notre est plus belle car nous, nous voyons ton château..."

Il haussa les sourcils et me regarda d'un air mi-chou mi-raisin.

Il se demande sans doute encore si je me foutais de sa gueule.

dimanche 6 mai 2007

ManouBateaux sur l'eau





Voilà ce que je ne vois pas lorsque j'ouvre ma fenêtre.

samedi 5 mai 2007

Tant-BourrinCold-dog

Les maîtres de Pitouk, après l'avoir perdu,
Mirent le cap à l'est pour faire un beau voyage
Et apaiser leur peine et leur coeur tout fendu.
Mais, passant en Ukraine, aux milieu des herbages,
Ils virent un spectacle assez inattendu :
Un cadavre de chien gisait dont le pelage,
Verdi de moisissure, las, sans malentendu,
Leur évoquait celui de leur toutou volage.
Le mari ne sut plus alors, tout éperdu,
Que ressasser sans fin cette terrible image
A sa femme Zoa, dans des pleurs répandus
Sur le corps de Pitouk, comme un ultime hommage.

Moralité :
Zoa, Pitouk est vert !
Zoa, Pitouk est vert !
Ha, vise-le, ouais, vert !
Zoa, Pitouk est vert !
Oui, ah, Pitouk est vert !
Zoa, Pitouk est vert !
Ah, Pitouk est vert !
Zoa, Pitouk est vert !
Zoa, Pitouk est vert !



Bon, je reconnais
que ça ne s'arrange pas !

vendredi 4 mai 2007

Saoul-FifreAller à Louyat

D'aucuns d'entre vous sont persuadés que Bof, comme signe un de nos gros niqueurs les plus assidus, est un pseudo.

Voir , , , , , et ici pour la chronique de ses photos, jeux de mots, mails et autres objets créatificiels sortis sans forceps de son crâne tintinomorphe.

Et bien non. Foin de camouflage inutile, et honte aux anxieux, peureux et autres inquiets qui éprouvent ce besoin de l'anonymat, Môssieur Bof ne mange pas de cette flaugnarde à la châtaigne là.

Il signait d'ailleurs au début de son nom complet, Bof E.T.C., ses marins et pas reines l'ayant porté sur les fonts baptismaux sous les prénoms de Elzéard, Théotope, Calixte...

Nous aurions continué à croire pendant longtemps que Bof etc... était son nom de guerre, n'auraient été la pugnacité et la détermination de notre reporter-photographe, Mademoiselle Calune, qui a retrouvé le caveau familial de sa famille d'origine, dans le cimetière limougeaud, sis au quartier Louyat, d'où le titre !

Oui, Blogborygmes envoie des reporters un peu partout sur la planète, vous croyez peut-être qu'on se tape tout le boulot ? Epictete étant resté bredouille sur ce dossier, malgré une expérience pluridécennale et un professionnalisme que personne ne lui niera, Calune a accepté de reprendre la patate chaude et a ramené le scoop à l'arraché ! Encore bravo !

Je le sens je le sais, que le premier commentateur va me dire "Heu, ton billet, là, bof...?", hé ben c'est raté, elle est pour moi, vous avez plus qu'à chercher autre chose, Na !

jeudi 3 mai 2007

ManouEpile Efface





En cette période de sondage, je recours également au mode participatif avec quelques petites questions :


- Où a été prise cette photo ?

- Que vous inspire t'elle ?

- Quel texte, selon vous, pourrait illustrer le thème " L'autre, le respect, la pudeur "?

- Utilisez-vous un traitement contre la chute des cheveux ?

- Aimez-vous les poils, en général ?

mercredi 2 mai 2007

Tant-BourrinJe n'ai pas envie de faire de billet





mardi 1 mai 2007

Saoul-FifreYeaaaah you Guys

Back from Limoges-city-by-the-Vienne ! J'espère que vous avez bien travaillé pendant mes congés et que vos patrons et patronnes ont eu tout lieu d'être ravis de vos prestations. L'inverse m'attristerait infiniment et vous baisseriez de quelques degrés dans mon estime. Déjà que vous avez voté avec vos pieds au 1er tour, vous avez intérêt à vous ressaisir pour le 2ième. Je vois déjà se profiler pour nous un monde où la moitié des citoyens sera en vacances forcées, nourrie aux croquettes pour chiens, et l'autre occupée à jouer en Bourse, en grattant des actions pour découvrir leur valeur...

Oui je suis revenu triste, démotivé, je vous prie de m'en excuser.

Le spectacle créé par la nouvelle situation est affligeant.

Le miel attire les mouches, les traîtres adorent baiser du Judas et les français se faire troncher par des tricheurs.

Super Menteur est mort et incinéré, mais il a pris la précaution de repérer, de former et de nous léguer son fils bien aimé, un clone à son image, sans plus de scrupules, ce même Brutus qui le poignardera dans le dos.

Tout commence en 1975, où Chirac lui "offre" son premier discours à Nice, devant les jeunes du parti. Première manip du jeune loup par le vieux renard : Sarko prépare les esprits à la trahison-maîtresse qui interviendra au célèbre second tour de l'élection présidentielle de 81, où une bonne partie de l'électorat RPR votera Mitterand, pour assouvir la haine personnelle de Chirac envers Giscard.

En 83, Sarko souffle la Mairie de Neuilly sous le nez de Pasqua, qui est pourtant son mentor en politique et témoin à son premier mariage. Pas de sentiments, chacun pour soi, et cet échec de Pasqua arrange aussi Chirac. On sent là sa patte de vieux pro.

92. Sarko ayant porte, table et ligne ouverte chez les Chirac, il assoit encore sa position dans la famille en se glissant dans le lit de Claude Chirac, la fifille au popa, qui approuve cette idylle, les yeux tout humides d'émotion paternelle. Quel beau couple !

95. Mais les arguments de Claude ne pèsent rien devant les analyses pointues du petit Nicolas. Il mise tout sur Balladur, confiant dans les sondages qui le donnent gagnant, mais les guignols de Canal +, Plantu et son Louis XV en chaise à porteur ainsi qu'un Chichi en grand forme sur la dernière ligne droite eurent raison de la tentative de putsch.

Ensuite il se trahit lui-même, en venant demander pardon, en s'allongeant, en s'aplatissant devant son vainqueur. "Appuie sur la tête de celui qui te lèche les pieds, de peur qu'il ne te morde". Je ne sais si Chirac connaissait ce conseil, mais l'âge se faisait sentir dans les neurones, car il retendit son dos pour se faire battre, se faire piquer son UMP chérie et se faire débaucher un par un tous ses soutiens.

Il eut beau ruer, se débattre, il finit par se laisser gentiment pousser vers la retraite, reconnaissant de facto qu'en matière de traîtrise, son domaine d'excellence, l'élève avait dépassé le maître.

À l'approche de la victoire, le troupeau des ralliés, souvent raillés, se densifie.

Mais le Lucky Luke du retournement de veste et le Nijinski du grand écart idéologique, c'est quand même le camarade Eric Besson. Entre ça et ceci , il s'est passé 3 petits mois. Démission, rembauche par la concurrence, famille à nourrir, the show must go on. Bon prince, l'autre va lui trouver une place de traducteur...

Ben oui : "Traittore, traduttore..."

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 >